La perte de cheveux fait partie de ces désagréments qui déstabilisent et rend le regard des autres plus ou moins désagréable. Voilà pourquoi la perruque est une solution de choix pour ceux qui la subissent. Mais quel modèle choisir ? Quels sont les éléments à prendre en compte ?

Le choix de la matière principale

Généralement, le choix se fait entre une perruque en cheveux naturels et celle en fibres synthétiques. Néanmoins, les modèles intermédiaires existent également. Ici, il est question de pourcentage des cheveux naturels par rapport à la totalité de la masse chevelure. Donc, il y les perruques à 30%, à 50%… en cheveux naturels. La perruque haut de gamme est constituée uniquement de cheveux naturels. Son allure brillante et souple lui confère un tel réalisme qu’il est difficile de la distinguer des vrais cheveux. D’un autre côté, la perruque en fibres synthétique présente l’atout d’être beaucoup plus légère.

La qualité du bonnet

Le bonnet est le support qui porte les cheveux. Sa texture et la manière dont les cheveux sont fixés dessus ont leur contribution pour un aspect plus ou moins naturel de la perruque. Par conséquent, une perruque haut de gamme se reconnaît également par la qualité du bonnet. Les perruquiers proposent différents modèles. Il y a le bonnet en filet qui a l’avantage de la longévité mais un peu cher et assez peu confortable. Celui en mono-filament fait main est le plus coûteux. Cependant, c’est le modèle qui imite au mieux la structure du cuir chevelu. Le bonnet en tulle est le plus accessible en matière de prix. Néanmoins, il a l’inconvénient de donner à la perruque une apparence moins naturelle. En cas de doute, le mieux est de se référer aux recommandations des professionnels.

Le prix après remboursement

Le prix d’une perruque haut de gamme varie entre 900 euros et 2 500 euros. Celle faite sur mesure peut coûter encore plus cher. La perruque en fibres synthétiques est moins onéreuse car les modèles les plus confortables se situent autour de 550 euros. Toutefois, le prix réellement déboursé par le client est en fonction du montant remboursé par la Sécurité sociale. Ce volet concerne uniquement les patients qui ont souffert d’une affection de longue durée traitée en chimiothérapie. Pour les perruques fabriquées entièrement en fibres synthétiques avec un montage fait main, dites de classe 1, le remboursement est jusqu’à hauteur de 350 euros. Ce montant représente la somme maximale que la Sécurité sociale peut accorder à un patient. Celles de la classe 2, c’est-à-dire composées d’au moins 30% de cheveux naturels, sont remboursées jusqu’à 250 euros, pris en charge par l’assurance maladie. Par contre, il n’y a pas de prise en charge prévue pour les perruques confectionnées avec 100% de cheveux naturels. Pour plus d’information, le mieux serait de s’adresser aux bureaux concernés.

En fonction de l’entretien

L’entretien d’une perruque est différent selon qu’elle a été fabriquée avec des fibres synthétiques ou avec des cheveux naturels. La première est assez facile à entretenir. Un simple lavage par mois est suffisant. En fait, cela dépend de la fréquentation de son utilisation. Sa durée de vie dépasse rarement les douze mois. Les perruques haut de gamme durent deux fois plus longtemps si elle est parfaitement entretenue. Celles faites avec des cheveux frisés ou ondulés nécessitent des traitements spécifiques lors du démêlage.
Elles ont également l’avantage d’être plus résistantes et permet l’usage du brushing, des permanentes, des colorations et même d’un lissage. Ces manipulations sont strictement interdites pour les perruques en fibres synthétiques. Pour ces dernières, l’utilisateur doit se contenter d’une coupe bien choisie et d’une couleur seyante au moment de l’achat car elles n’acceptent pas les ondulations, les mèches et autres fantaisies. Heureusement, des jolis modèles et toute une variété de couleurs sont disponibles actuellement sur le marché. Ainsi, si on désire changer de tête, il suffit d’en acheter une autre, de coupe ou de couleur différente. Il est à rappeler qu’une perruque doit être complètement sèche avant d’être posée